Pour une expérience personnalisée, merci de confirmer votre langue :  

Conférence

Francisco de Miranda

Christian Ghymers

Mardi 21 novembre 2017 à 20 h 00

Pourquoi dédier à un latino-américain - Concepteur des révolutions latino-américaines - une conférence du Comité de Waterloo, qui se consacre à l’étude des évènements et des personnages qui avant ou après 1815 ont marqué l’histoire de l’Europe ?

Le choix de Francisco de Miranda s’avère intéressant à plusieurs égards : d’abord pour son rôle militaire et politique dans la Révolution Française de 1792 à 1793 (Valmy, Anvers, Liège, Maastricht, Neerwinden), ensuite pour son opposition en tant que défenseur des Girondins face aux dérives de la Convention et pour ses conflits idéologiques avec Napoléon, qui le contraint à l’exil en Angleterre en 1797, où il est poursuivi par la police de Fouché et devient conseiller de William Pitt puis du Duc de Wellington, lorsque celui-ci prend la tête des troupes britanniques en Espagne.

Humaniste latino-américain représentatif du cosmopolitisme des Lumières, défenseur des Droits de l'Homme et de l’égalité des genres, citoyen du monde, pluraliste et multiculturel, il fut citoyen vénézuélien, espagnol, français, russe et anglais. Il tissa un réseau sans précédent avec des responsables et des intellectuels de Washington à St Pétersbourg, avec lesquels il mena des tractations diplomatiques et géopolitiques importantes. Comme le disait déjà en 1794 du vivant de Miranda l'homme de lettres français Quatremère de Quincy pour le défendre lorsqu'il était injustement condamné à la guillotine sous la Terreur, “Miranda n’est plus l’homme d’un pays, il est devenu une sorte de propriété commune, inviolable”.

En effet, son réseau précurseur regroupa pratiquement tous les grands acteurs de la révolution américaine, de la révolution française, et surtout quasiment tous les héros latino-américains et « libertadores ». Miranda impressionne encore à l’heure actuelle, non seulement par sa capacité de synthèse des idées des Lumières, mais aussi par le caractère visionnaire de ses conceptions de la gouvernance, qui annoncent ce que l'actuelle Union européenne essaie de réaliser deux siècles plus tard.

Le fait d'être un cas flagrant d'injustice de l'histoire rend son fabuleux parcours éminemment sympathique et pédagogique ; il n’a rien d'ennuyeux vu l'aspect aventurier et hors du commun de son parcours : le personnage fait rêver, autant les intellectuels que le grand public, qu'il soit européen ou latino-américain.

En 2007, l’UNESCO a reconnu les archives de Miranda, intitulées « Colombeia », dans son programme « Mémoire du Monde » de sauvegarde du patrimoine de l’Humanité.

Maître de Conférence à l’Université Catholique de Louvain (UCL) et à l’Ecole normale d’Administration (ENA) à Strasbourg, décoré des Ordres d’ O’Higgings (Chili) et de Miranda (Venezuela), Christian Ghymers a produit plus d’une soixantaine de publications scientifiques ou économiques internationales et publié plusieurs livres en espagnol, en français et en anglais.

Celui, en particulier, dont s’inspire sa conférence et le rappel d’un visionnaire, est « Francisco de Miranda, l’Europe et l’Intégration latino-américaine » aux éditions Versant- Sud, publié en 2001 avec L. Grisanti.

On peut y ajouter « José de San Martin, un destin, une époque » qui apporte faits et réflexions sur les contacts de ce général entre la Belgique et les principaux libertadores, publié en 1999 par la Bibliothèque Royale de Belgique.

← Revenir aux activités