© Comité de Waterloo 2013 
Le Comité de Waterloo
A.S.B.L Comité pour les études historiques de la bataille de Waterloo
Ce   monument   érigé   en   1826   sur   la   commune   de   Braine-l’Alleud,   devait   éterniser   la   gloire nationale,   sur   le   site   de   la   bataille   de   Waterloo,   à   la   demande   du   roi   Guillaume   Ier   des   Pays-Bas. Celui-ci   voulut   marquer   l'endroit   présumé   où   son   fils   cadet,   le   prince   Frédéric   d'Orange-Nassau,   fut blessé   à   l’épaule   à   la   fin   de   la   bataille.   Comme   tout   le   site   de   la   bataille,   la   Butte   est   inscrite   au Patrimoine majeur de Wallonie. Le   projet   de   tumulus   fut   confié   en   janvier   1820   à   l’architecte   du   roi,   Charles   Van   der   Straeten (1771-1834),   après   que   le   projet   de   pyramide   puis   d'obélisque   de   son   rival   Jean-Baptiste   Vifquain ait été refusé. La   butte   est   un   cône   de   terre   régulier   de   169   mètres   de   diamètre   et   41   mètres   de   haut accessible   par   un   escalier   de   226   marches.   Le   cône   évoque   aussi   les   tumuli   des   tribus   de   la   Gaule belgique.   Ouvert   en   1824,   le   chantier   nécessita   le   déplacement   de   290   000   m³   de   terres   prélevées au   sud-ouest   de   la   rue   de   la   Croix   jusqu’à   la   ferme   de   la   Haie-Sainte.   Le   transport   des   terres   aurait été fait par des boteresses (porteuses de hottes) liégeoises. Un   lion   colossal   la   surmonte,   posé   sur   un   piédestal de   pierre,   soutenu   par   une   colonne   de   brique   enfouie   dans la   butte.   Il   est   composé   de   neuf   pièces   de   fonte   de   fer coulées   dans   les   forges   de   John   Cockerill   à   Seraing,   à partir    d'un    modèle    sculpté    par    Jean-Louis    Van    Geel (Malines 1787 - Bruxelles 1852). Ce   travail   gigantesque   a   été   coulé   en   fonte   dans   un moule   en   plâtre   ;   son   poids   total   est   de   28   tonnes   ;   il   a 4,50    m    de    longueur    sur    4,45    m    de    hauteur,    depuis    le sommet de la tête jusqu'aux pieds. Le   lion   symbolise   la   victoire   et   le   nouveau   Royaume- Uni   des   Pays-Bas   ;   sa   gueule   ouverte   est   tournée   vers   la   France,   vaincue   ;   sa   patte   posée   sur   un boulet de canon représente la paix que l’Europe a conquise à l'issue de la bataille. Le   monument   est   inauguré   le   4   novembre   1826   mais   son   succès   touristique   ne   date   que   de   la seconde   moitié   du   XIXe   siècle.   Ce   n'est   d'ailleurs   qu'en   1863-1864   qu'on   aménage   le   promenoir   au sommet   de   la   butte   avec   la   construction   de   l'escalier8.   En   1832,   lorsque   les   troupes   françaises   du maréchal   Gérard   passent   à   Waterloo   pour   soutenir   le   siège   de   la   citadelle   d'Anvers   toujours   tenue par   les   Hollandais,   le   Lion   faillit   être   renversé   par   les   soldats   français.   Ils   en   brisèrent   même   la queue.   Le   14   janvier   1999   des   glissements   de   terrain   se   produisent.   Sur   la   butte   du   côté   du bâtiment   du   Panorama.   De   semblables   dégâts   se   sont   produits   en   1995   et   furent   réparés   avec l’enfoncement de 650 micro-pieux. Le   sommet   de   la   butte   offre   une   large   vue   sur   le   champ   de   bataille   de   Braine-l'Alleud   à Genappe,   de   Plancenoit   à   Mont-Saint-Jean.   Une   table   d’orientation   permet   de   situer   les   fermes   et les positions des troupes sur le terrain. Wellington   qui   visita   Mont-Saint-Jean   quelques   années   après   sa   victoire   déclara   tristement que   la   pyramide   du   Lion   avait   gâté   son   champ   de   bataille.   «   En   effet   on   dut   considérablement abaisser   le   niveau   du   terrain   pour   prendre   la   terre   nécessaire   à   l’édification   de   ce   monticule   et   ainsi le   fameux   chemin   creux   d’Ohain,   par   exemple,   où   vinrent   s’engouffrer   les   premières   lignes   de   la cavalerie   française,   n’a   plus   la   profondeur   qui   causa   cet   écrasement   horrible   de   soldats   et   de chevaux. »
La Butte du Lion :
La Haie Sainte
Belle Alliance
Hougoumont