© Comité de Waterloo 2013 
Le Comité de Waterloo
A.S.B.L Comité pour les études historiques de la bataille de Waterloo
Ce nouveau Mémorial de la bataille devrait accueillir 300.000 visiteurs annuels contre 180.000 actuellement. Dans un espace de 1.500 m² enfuis sous terre, un impressionnant parcours scénographique et des film en 4D permettront aux visiteurs  de comprendre et revivre la bataille. Le maître d’oeuvre du Mémorial est le Commisariat général du Tourisme de la Région wallonne (CGT). La scénographie a été confiée par l’intercommunale qui gère le site au consortium “la Belle Alliance”, qui comprend sept sociétés spécialisées dans ce type de projet : Pinxi, Eo design, Europa 50, Inytium, Kaos films, Saga film et Sien. Le budget de 6 millions d’euros se répartit en 3 millions pour la scénographie et 3 millions pour les films. Le professeur Bruno Colson, spécialiste des guerres napoléoniennes, ainsi que le cinéaste Gérard Corbiau apporteront leur expertise pour la réalisation de ce spectacle grandiose.
Le Mémorial :
Le Hameau du Lion : le Panorama
Le Panorama de la Bataille de Waterloo de Braine I'Alleud est l'un des panoramas « historiques » les plus représentatif du phénomène des panoramas. Cette œuvre magistrale est le fruit d'un travail d'équipe orchestré en 1911 par le peintre français Louis Dumoulin. 1.      La rotonde de Braine-l'Alleud La   rotonde   du   Panorama   de   Waterloo   a   une   structure   tout   à   fait   caractéristique   de   ce   type   de   dispositif.   Elle   fut   dessinée par   l'architecte   Frantz   Van   Ophem   en   191   1.   Le   bâtiment   circulaire   en   briques   enduites   est   assez   sobre,   emprunt   de   classicisme. Ses   murs   sont   aveugles,   hormis   pour   l'entrée   marquée   par   un   fronton   et   animés   par   un   jeu   de   pilastres   engagés   englobant   la structure   supportant   la   charpente   et   réunis   par   des   arcs.   A   l'origine,   quelques   éléments   de   décors   en   zinc   ou   en   bronze, perceptibles   sur   des   photos   anciennes   semblent   garnir   l'attique.   Sur   le   côté   droit   de   l'édifice,   annexé   à   la   rotonde   se   trouve   un local d'exploitation et un logement de fonction. La   rotonde   a   35   mètres   de   diamètre   extérieur   et   15   mètres   de   haut.   La   couverture   se   compose   de   14   verrières   de   6.5   m   x 3   m.   Un   vélum   conique   de   20   m   de   diamètre   à   la   base,   attaché   par   la   partie   supérieure,   au   pivot   central   de   la   charpente   et maintenu,   sans   appui   au   sol,   par   les   14   fermes   de   celle-ci,   cache   la   structure   de   la   verrière.   Si   souvent   la   construction   des rotondes   se   caractérisait   par   l'utilisation   de   structures   métalliques,   ici,   sans   doute   par   soucis   d'économie,   le   bois   est   largement présent. La   plate-forme   de   9   m   de   diamètre   est   élevée   à   5   m   du   sol.   Elle   permet   à   l'œil   du   spectateur   d'être   à   la   même   hauteur   que la   ligne   d'horizon   de   manière   à   ce   que   son   angle   de   vue   englobe   toute   la   hauteur   du   tableau. A   l'intérieur,   les   couloirs   d'accès   et d'évacuation   sont   disposés   presque   à   angles   droits,   le   second   mène   à   la   sortie   par   un   magasin   à   souvenirs   contigu   à   l'habitation du   gérant   qui   n'est   actuellement   plus   en   usage.   Contrairement   à   d'autres   toiles   exploitées   dans   des   foires,   à   l'occasion   des expositions   universelles   ou   à   des   fins   purement   commerciales,   le   panorama   de   Dumoulin,   maintenu   in   situ,   est   resté   dans   son état   original   et   conserve   pratiquement   indemne   son   faux-terrain.   Celui-ci   constitue   l'un   des   rares   exemples   des   ces   dispositifs   qui remplissaient   l'espace   disponible   entre   le   canevas   et   la   plate-forme.   Sa   structure   en   plâtre   coulé   sur   un   treillis   métallique   est soutenue   par   foret   de   supports   de   bois   et   recouvert   de   sable   et   végétation   séchée.   S'y   côtoient,   objets   réels,   soldats   et   chevaux gisant   réalisés   en   papier   mâché   d'après   des   moules   en   plâtre   et   des   panneaux   peints.   Approximativement   un   mètre   devant   la toile,   entre   le   bord   du   faux   terrain   et   le   canevas,   des   figures   découpées   montées   sur   chevalets   participent   remarquablement   au crescendo d'illusion et à la désintégration du réel que l'on cherchait à créer dans les mises en scènes panoramiques. 2.  La toile Le   canevas   du   panorama   de   1   10   mètres   de   long   et   de   12   mètres   de   haut   est   constitué   de   14   bandes   de   toiles   de   12   * 7.50, cousues de façon à créer, à mi-hauteur, un léger bombement circulaire caractéristique. La   composition   du   panorama   est   particulièrement   complexe.   Différents   épisodes   de   la   bataille   sont   synthétisés   pour représenter   environ   vingt   minutes   des   affrontements   qui   se   déroulèrent   autour   de   18   heures.   Le   nombre   de   soldats   et   de chevaux reproduits est impressionnant. Le   panorama   représente   à   travers   des   vagues   successives   de   combattants   les   principaux   moments   des   évènements.   Sa facture   et   sa   composition   le   rattache   à   la   grande   peinture   militaire   française.   Tout   comme   d'autres   panoramas   de   la   Bataille   de Waterloo   qui   furent   présentés   au   public   et   en   particulier   ceux   de   C.   Verlat,   de   P.   Philippoteaux   et   de   C.Castellani   (tous   disparus, mais   connus   par   leur   carnets   descriptifs),   il   met   en   exergue   l'épisode   du   chemin   creux   tiré   de   l'imagination   de   Victor   Hugo.   Par contre,   comparé   à   d'autres   la   toile,   celle   de   Dumoulin   semble   faire   preuve   de   bien   plus   de   «neutralité   »   garant   du   succès international   de   l'entreprise.   Les   artistes   ayant   mis   de   côté   leurs   sentiments patriotiques   pour   laisser   place   à   une   plus   grande   fidélité   historique   suivant les    indications    des    historiens    et    militaires    des    différents    protagonistes consultés   comme   experts   et   davantage   insisté   sur   la   bravoure   des   hommes et les mouvements spectaculaires de la cavalerie. La   caractéristique   principale   du   panorama   est   très   certainement   son   « dynamisme   »   et   la   présence   de   centaines   de   cavaliers. A   plusieurs   endroits les   combattants   se   retrouvent   face   au   spectateur   et   l'on   peut   sans   mal   les imaginer   prendre   d'assaut   la   plate-forme.   La   facture   des   scènes   situées   à l'avant-plan   est   excellente.   Les   chevaux   sont   représentés   avec   beaucoup   de vivacité    et    les    expressions    des    soldats    sont    très    réalistes    sans    être morbides.    Les    arrière-plans    et    le    paysage    sont    traités    de    manière    plus schématique.   Le   respect   des   proportions   est   relatif;   l'action   et   l'effet   de masse   priment   sur   le   détail.   Le   rapport   entre   le   faux-terrain   et   la   toile   est parfaitement   pensé,   même   si   les   détails   des   mannequins   et   chevaux   gisants sur le faux-terrain sont assez sommaires. Résumant   les   évènements,   le   panorama   reproduit   la   topographie   du   terrain   avec   fidélité.   Du   point   de   vue   de   la   lisibilité,   les mouvements   de   troupes   et   le   nombre   des   personnages   sont   tels   qu'il   est   assez   difficile   de   comprendre   sans   explications préalables les différentes phases de la bataille, au bénéfice de l'effet d'ensemble qui est magnifique. La   luminosité   de   la   scène   étonne   et   le   panorama   de   Dumoulin   se   distingue   sans   doute   en   cela   du   panorama   de   Castellani qui exploitait la tombée du jour pour renforcer l'effet dramatique.
Retour