© Comité de Waterloo 2013 
Le Comité de Waterloo
A.S.B.L Comité pour les études historiques de la bataille de Waterloo
La ferme de Hougoumont
Hougoumont   —   ou   Goumont   —   est   le   nom   d'un   lieu-dit   situé   sur   le   territoire   de   la   commune   de   Braine-l'Alleud, dans   la   province   du   Brabant   wallon   en   Belgique.   C'est   sur   ce   lieu-dit   qu'est   établi   un   château-ferme,   aujourd’hui partiellement   en   ruine,   mais   aussi   en   cours   de   restauration,   qui   joua   un   rôle   capital   lors   de   la   bataille   de   Waterloo, le 18 juin 1815. Ce   serait   en   1777,   lors   de   la   parution   de   la   carte   de   Ferraris,   que   l’on   vit   apparaître   le   nom   de   Hougoumont. Avant    cela,    on    disait    Goumont    ou    Gomont.    Cette    modification    serait    due    aux    arpenteurs    de    Ferraris    qui, interrogeant   les   habitants   sur   le   nom   de   la   propriété,   auraient   transcrit   «   château   d’Hougoumont   »   pour   «   château du   Goumont   ».   On   rencontre   le   terme   «   Gomont   »   en   1358   dans   un   acte   de   la   cour   allodiale   de   Brabant1.   En 1386,   il   est   fait   mention   de   la   «tenure   et   maison   »   de   Gomont,   sise   à   Wérissart   dans   la   seigneurie   de   Braine- l’Alleud. Hougoumont   a   joué   un   rôle   central   dans   la   bataille   de   Waterloo   dans   laquelle   les   forces   alliées   des   armées commandées   par   le   duc   de   Wellington   et   celle   des   Prussiens,   commandée   par   le   maréchal   Blücher,   étaient opposées à l'armée française dite Armée du Nord emmenée par l'empereur Napoléon Ier. Tel    qu'il    existe    aujourd'hui,    le    domaine    de    Hougoumont    et    ses    environs    ont   considérablement   changé   par   rapport   à   ce   qu’il   était   en   1815.   À   l'époque,   au   sud de   la   ferme,   dès   la   sortie   du   château,   se   trouvait   un   bois   carré   de   250   à   300 mètres   de   large   dont   le   côté   Ouest   s'élevait   à   120   m   tandis   que   le   côté   Est descendait   vers   la   ferme.   Ce   bois,   jadis   entièrement   bordé   de   haies,   a   disparu   et a   laissé   la   place   à   des   prairies.   Il   était   séparé   du   mur,   qui   subsiste,   de   l’ancien jardin,   par   une   bande   de   terrain   d’environ   trente   mètres   de   large.   Cet   espace découvert   a   été   surnommé   par   les   Anglais,   «   the   Killing   Ground   ».   Le   bois   était traversé   par   un   sentier   qui,   en   se   prolongeant,   conduit   aujourd'hui   encore   au   lieu où se situe l'Aigle blessé. Fig.1   :            Situation   du   chateau- ferme de (Hou)Goumont en 1815 Au   nord   du   jardin,   clôturé   par   une   puissante   haie,   se   trouvait   un   petit   verger   d’une   cinquantaine   de   mètres   de large,   actuellement   remplacé   par   une   prairie.   Le   long   de   la   haie   de   ce   verger,   au   nord,   un   chemin   –   appelé   par   les Anglais   «   the   covered   way   »   ou   «   the   Sunken   Way   »   (le   chemin   creux)   –   courait,   est-ouest. Au   nord   de   ce   sentier, où   pousse   actuellement   un   bois   assez   touffu,   il   n’y   avait   en   1815   que   des   prés   et   des   champs.   La   crête,   où   se trouvaient   les   batteries   anglaises   et   où   viendront   s'arrêter   les   obusiers   pendant   la   bataille,   est   actuellement dissimulée   par   ces   bois.   Du   portail   Nord   de   la   ferme,   part   un   chemin   qui   subsiste   mais   qui   était   bordé   d’arbres   et qui rejoignait Nivelles. À   l’est   du   château,   s’étendait   en   1815,   un   beau   grand   jardin   à   la   française,   enclos   à   l’est   et   au   sud   par   un   mur   de briques   qui   existe   encore   et   au   nord   par   une   puissante   haie.   Ce   jardin   constitue   aujourd'hui   une   prairie   plantée   de quelques   platanes   centenaires.   À   l’est   de   ce   jardin,   enclos   de   haies,   le   grand   verger   est   devenu   maintenant   une prairie. En    1815,    pour    reprendre    la    description    du    colonel    Charras,    «    le    domaine    comprenait    une    vaste    maison d’habitation,   un   logement   de   fermier,   une   chapelle   et   des   bâtiments   d’exploitation, rangés   sur   les   quatre   côtés   d’un   rectangle.   Deux   grandes   portes   y   donnaient   accès :   l’une   au   sud,   l’autre   au   nord.   À    l’est   du   château   et   y   attenant   se   trouvait   un   grand jardin   clos,   du   côté   du   nord,   par   une   haie,   et   des   autres   côtés   par   des   murs   épais, hauts   de   plus   de   deux   mètres.   À   l’est   encore   de   ce   jardin   s’étendait   un   verger beaucoup   plus   grand…   Un   bois   taillis,   sous   une   futaie   très   claire,   couvrait   au   sud, le   verger,   le   jardin   et   le   château,   s’en   approchant   à   une   trentaine   de   mètres   ». Ajoutons   qu’à   l’ouest,   une   petite   porte   s’ouvrait   entre   la   remise   et   la   maison   du jardinier, donnant sur le potager. Fin   2010   ou   début   2011,   le   Christ   de   la   chapelle   a   été   dérobé,   la   date   précise   du vol    étant    inconnue    puisque    le    site    était    alors    inhabité.    Remord    ou    découverte fortuite ? le Christ a été retrouvé et restitué après 4 ans d’absence… Fig   2   :   Hougoumont   : en     bleu,          les     bâtiments disparus depuis 1815. Après la bataille, le 19 juin, la plupart des bâtiments du domaine d'Hougoumont étaient en ruine ou incendiés. Les   murs   des   quelques   bâtiments   encore   subsistants   étaient   parsemés   d'éclats   d'obus   ou   de   trous   de   balles.   Le feu   n’était   pas   entièrement   éteint.   Les   arbres   étaient   dans   un   état   lamentable   avec   leurs   troncs   déchiquetés,   les branches   et   feuilles   arrachées.   Le   verger,   selon   des   témoins   qui   rendirent   visite   les   jours   suivants   au   champ   de bataille,    ressemblait    à    une    scène    de    L'Enfer    de    Dante    :    des    entassements    de    morts,    toutes    nationalités confondues,   couvraient   toute   la   surface   du   verger   dont   les   pommiers   avaient   été   à   ce   point   malmenés   qu'ils ressemblaient   à   des   saules.   Le   fermier   d'Hougoumont,   revenu   tôt   le   19   juin,   se   promenait   hagard   au   milieu   de   ce c   h   a   m   p     de     carnage et                   de dévastation. L             e               â    è    r   u   i   n   é   ,     é     t     a     i     t       é      et   les   habitants du     pays se    servirent de    ses    pierres p    o    u    r        notamment,    le Café   des Ruines,       le long       de       la chaussée   de Nivelles.          À l'heure   actuelle,   on   ne   peut   plus   voir   du   château   lui-même   que   ses   fondations.   La   grande   grange   fut   reconstruite et la maison du jardinier restaurée. C’est elle qui servait jusqu’il y a peu d’habitation. La restauration de la ferme de Hougoumont Dans   la   perspective   du   200ème   anniversaire   de   la   bataille   de   Waterloo,   il   a   été   décidé   de   restaurer   la   ferme   de Hougoumont.   Ce   projet,   activement   soutenu   par   le   Comité   de   Waterloo   et   financé   par   la   région   wallonne   ainsi que   des   dons   privés   d’associations   britanniques   et   belges,   a   été   confié   à   l’intercommunale   “Waterloo1815”,   qui en   assure   la   réalisation.   Une   campagne   de   sensiblisation,   destinée   à   récolter   des   fonds   privés,   était   en   cours depuis 2007, appuyée par un site web, tant en Belgique qu’en Grande Bretagne. Les   travaux   de   restauration   ont   débuté   en   novembre   2013   et   étaient   terminés   pour   fin   mai   2015.   L’inauguration de site restauré a eu lieu le 17 juin 2015, prélude aux commémorations du bicentenaire .  
                        Peu de changement entre l’état des lieux en 1915 (à gauche) et 2013 (ci-dessus)
Juin 2014 : les bâtiments mis sous toit, à l’exception de la grange, qui arbore fièrement sa belle charpente dégarnie. La terre battue a fait place à une dalle de béton, base des aménagements futurs. (photo Bert Bakkers)   Février 2015 : Les toitures neuves resplendissent. La grange est rhabillée et aménagée.
Mars 2014 : le gros oeuvre et les charpentes mises à nu. En arrière plan, photo de gauche, la Butte du Lion.