© Comité de Waterloo 2013 
Le Comité de Waterloo
A.S.B.L Comité pour les études historiques de la bataille de Waterloo
Les personnalités en présence à Waterloo : (cliquer sur un nom pour obtenir sa biographie)
1. Dans l’armée française : Napoléon, Ney, Grouchy
Blücher :
Gebhard    Leberecht    von    Blücher    est    né    le    16    décembre    1742    à    Rostock,    dans    le Mecklembourg. Il   était   cornette   d'un   régiment   de   hussards   suédois   pendant   la   guerre   de   Sept   Ans, lorsqu'il   fut   fait   prisonnier   par   les   Prussiens   en   août   1760   au   manoir   de   Galenbeck,   et incorporé   de   force,   dans   les   troupes   de   Frédéric   le   Grand.   Devenu   capitaine,   il   se   fit remarquer   par   son   courage   et   donna   sa   démission   à   l'occasion   d'un   passe-droit.   Frédéric le   Grand   signa   cette   démission   en   ces   termes   :   «   le   capitaine   de   Blücher   est   autorisé   à quitter   son   poste,   et   il   peut   aller   au   diable   si   cela   lui   convient   »   (en   allemand   «   der Rittmeister von Blücher kann sich zum Teufel scheren  »). Blücher,   rappelé   au   service   quinze   ans   après   par   Frédéric-Guillaume   III,   alla   combattre sur   le   Rhin,   où   ses   brillantes   qualités   militaires   lui   valurent   bientôt   le   grade   de   général- major,   puis   de   lieutenant-général.   Il   prit   part   aux   guerres   de   la   Révolution   française   et   des premiers   temps   du   Premier   Empire,   éprouva   plusieurs   échecs,   fut   même   fait   prisonnier   à Lübeck    (6    novembre    1806),    après    avoir    défendu    sa    retraite    de    Iéna    et   Auerstaedt, poursuivi   par   les   troupes   impériales   jusqu'aux   portes   de   la   ville.   Il   n'en   fut   pas   moins chargé en 1813 du commandement des armées prussiennes. Il   était   chef   d'avant-garde   à   Auerstaedt,   commandant   d'un   corps   d'armée   en   1813,   à   la   bataille   de   Lützen   et   à   celle   de Bautzen. Il   remporta,   en   tant   que   général   en   chef   de   l'armée   de   Silésie   sur   Macdonald   et   Sébastiani   une   victoire   surla   Katzbach   (26 août 1813), contribua à celle de Leipzig pour laquelle il fut fait feld-maréchal le 19 octobre. Il   fut   l'un   des   premiers   à   entrer   en   France.   Il   pénétra   en   France   jusqu'à   Brienne   où   Napoléon   1er   le   battit.   Il   gagna   à   La Rothière   et   à   Laon,   deux   batailles   qui   influèrent   puissamment   sur   le   sort   de   la   campagne,   et   fut   en   récompense   fait   prince   de Wahlstatt.   Le   30   mars   1814,   bien   que   malade   et   alité,   il   a   le   commandement   nominal   (le   commandement   effectif   est   laissé   au général   russe   Wintzingerode)   des   troupes   prussiennes   et   russes   de   l'armée   de   Silésie   lors   de   la   bataille   de   Paris   qui   voit l'entrée   des   troupes   coalisées   dans   la   capitale   française   et   marque   la   chute   de   l'Empire   par   la   première   abdication   de Napoléon. L'année   suivante,   en   1915,   il   se   posta   entre   la   Moselle   et   la   Meuse   et   fut   vaincu   à   Ligny   et   à   Sombreffe,   mais   sa   présence   fut décisive à la bataille de Waterloo, en contrant la stratégie de Grouchy. Quelques   jours   plus   tard,   sous   les   murs   de   Paris,   le   pont   du   Pecq   lui   fut   livré,   et   cette   trahison   lui   assura   une   marche tranquille vers Paris ; il se montra intransigeant quant à la capitulation de la ville et voulait faire sauter le pont d’Iéna. Blücher mourut le 12 septembre 1819 à Krieblowitz (aujourd'hui Krobielowice), en Silésie. Il avait 76 ans.
2. Dans les armées alliées :  WellingtonPictonUxbridge,
                   BlücherGneisenauGuillaume II des Pays-Bas