© Comité de Waterloo 2013 
Le Comité de Waterloo
A.S.B.L Comité pour les études historiques de la bataille de Waterloo
25.03.2015 : Les lendemains inédits de la bataille de Waterloo, par Monsieur Yves Vander Cruysen. Il   n’est   pas   une   bataille,   un   événement   historique   qui   n’ait   suscité   autant   de   rumeurs,   d’analyses   contradictoires,   d’écrits   savants   ou   anecdotiques   que   le combat   de   Waterloo.   Il   a   également   donné   naissance   à   des   légendes,   voire   à des destins très particuliers. Bien au-delà d’ailleurs de la petite ville belge. C’est   à   ces   lendemains   inédits   de   la   bataille   de   Waterloo,   initiés   tantôt   par      les auteurs    romantiques,    tantôt    par    d’anciens    combattants    ou    par    des    visiteurs célèbres   qu’a   été   consacrée   cette   conférence   de   Yves   Vander   Cruysen .   Elle fut   illustrée   par   la   projection   de   nombreux   documents   puisés   dans   son   dernier ouvrage. Après   avoir   consacré   quinze   années   de   sa   vie   à   la   revalorisation   du   Champ   de bataille,   Yves   Vander   Cruysen ,   par   ailleurs   Premier   échevin   de   Waterloo   et chroniqueur   historique   bien   connu   des   médias   belges,   vient   de   publier   «   Waterloo   démythifié    »,   y   dressant l’inventaire   de   bien   des   mythes,   rumeurs   et   légendes   qui   ont   donné   à   sa   commune   une   aura   universelle. ( Voir le livre plus en détails ). 19.02.2015 : Le sang des francs-maçons, de Valmy à Waterloo, par Monsieur   Jean van Win. Jean   van   Win   est   né   en   1935   à   Bruxelles   d’une   lignée   de   huit   générations   de   Bruxellois.   Il   a   fait   ses humanités    gréco-latines    chez    les    Jésuites    et    à    l’athénée    Adolphe    Max,    suivies    d’études    de philosophie   et   lettres   préparatoires   au   droit,   puis   de   marketing   et   d’études   des   marchés.   Il   a   collaboré comme   associé   actif   à   divers   consortiums   internationaux   dans   la   photographie,   la   numismatique moderne et la production et distribution d’enregistrements de musique classique. Depuis   sa   retraite,   il   consacre   son   temps   à   l’écriture   et   à   la   critique   historique.   Il   a   écrit   de   nombreux articles pour la revue Acta Macionica et pour les Cahiers de Villard de Honnecourt. Il   est   l’auteur   d’articles,   de   conférences,   et   participe   à   des   émissions   de   radio   et   de   télévision, notamment sur Mozart. Il   est   spécialisé   dans   le   XVIIIe   siècle   et   ses   sociétés   de   pensée,   plus   particu lièrement   dans   les   rituels maçonniques de cette époque et dans sa musicologie. Au   cours   de   cette   conférence,   donnée   à   la   salle   de   conférences   du   Musée   Wellington,   Jean   van   Win   nous   a présenté   son   livre,   tout   récemment   publié,   sur   un   sujet   relativement   méconnu   :   les   francs-maçons   pendant   les guerres   napoléoniennes.   En   effet,   la   franc-maçonnerie   militaire   a   connu   des   développements   importants durant   cette   période,   d’abord   en   Irlande   puis   en   France,   en   Grande-Bretagne,   en Amérique   latine   et   du   nord, et   dans   les   pays   germaniques.   Un   des   mérites   du   livre   de   Jean   van   Win   est   de   mettre   en   valeur   la   dichotomie entre,   d’un   côté,   la   notion   de   fraternité   universelle   chère   à   la   Franc-Maçonnerie   et,   de   l’autre,   la   violence   qui régnait   sur   les   champs   de   bataille,   quelquefois   tempérée   -   il   est   vrai   -   par   le   «   signe   de   détresse   »   des   francs- maçons   qui   pouvait   sauver   des   vies.   Au   travers   des   anecdotes   qui   fourmillent   dans   le   livre,   on   découvre   un autre   visage   de   la   maçonnerie   du   XVIIIème   et   du   XIXème   siècle.   Les   légendes   ou   les   réalités   concernant l’appartenance   de   tel   ou   tel   personnage   important   des   guerres   napoléoniennes   à   la   Franc-Maçonnerie   (Ney, Soult,   Wellington,   Müffling,   Jérôme   Bonaparte,   Guillaume   II   des   Pays-Bas,   Grouchy,   Gneisenau,   le   Prince Frédéric   d’Orange-Nassau,   Foy,   Exelmans,   Blücher,   etc.)   y   sont   également   analysées   et   critiquées.   Napoléon, par contre, ne semblait pas porter d’intérêt mais manifestait même un certain mépris pour cette confrérie.         2 0.01.2015 : Arthur Wellesley, 1er duc de Wellington : L’homme derrière le général, par Lady Jane Wellesley . Fille   du   8ème   duc   de   Wellington,   Lady   Jane   Wellesley   a   passé   plusieurs   années   à   travailler   dans   le   monde   des   arts avant   de   commencer   sa   carrière   à   la   télévision   en   1975.   Elle   a   travaillé   pour   la   BBC   et   pour   Granada   TV   avant   de devenir   producteur   indépendant.   Pendant   14   années,   elle   a   été   à   la   tête   de   Warner   Sisters.   Les   programmes qu’elle   a   produits   incluent   The   Riddle   of   Midnight,   un   documentaire   avec   Salman   Rushdie,   la   série   Dressing   for Breakfast,   et   une   adaptation   de   roman   de   Joanna   Trollope   A   Village   Affair.   En   2008,   Lady   Jane   a   publié   le   livre Wellington,    A     Journey     Through     My     Family ,     ouvrage     basé     sur     des     recherches approfondies      dans   les   archives   et   les   souvenirs   de   la   famille   Wellesley.   Si   la   carrière militaire   et   la   vie   politique   du   1er   duc   de   Wellington   sont   relativement   bien   documentées,   Lady   Jane   met   à   jour   des   éléments   peu   connus   sur   l’homme   qu’il   a   été   sur   le   plan   privé   et les   multiples   facteurs   qui   ont   influencé   sa   personnalité   et   ses   réalisations.   Elle   met   la   vie du   1er   duc   en   parallèle   avec   celle   de   ses   successeurs   jusqu’au   8ème   duc   son   père, dessinant   une   série   de   portraits   tant   féminins   que   masculins   d’une   famille   qui   a   produit une série étonnante de personnalités contrastées, originales et attachantes.  Lors   de   cette   conférence,   donnée   en   anglais,   Lady   Jane   Wellesley   nous   a   parlé   de   l’enfance   d’Arthur   Wellesley, du   contexte   familial   irlandais   de   sa   jeunesse,   de   la   formation   qu’il   a   reçue,   du   rôle   que   ses   frères   ont   joué   dans   sa carrière,   de   la   place   qu’il   a   donné   dans   sa   vie   à   son   épouse,   à   ses   fils   et   à   ses   petits-enfants.   Elle   a   évoqué   les années   qui   ont   suivi   la   bataille   de   Waterloo   et   le   culte,   l’   «   arthurolâtrie   »   qui   s’est   développée   autour   de   son personnage.
Promotion des études historiques: Les conférences de
2015 :
12.11.2015   :   Le   Concert   européen. Aux   origines   de   l’Europe   1814-1914,    par   Monsieur   Jacques-Alain   de   Sédouy, ancien   ambassadeur   de   France   en   Jordanie,   au   Mexique   et   au   Danemark,   puis   conseiller   d’Etat   en   service   extraordinaire. Egalement   historien   et   auteur,   entre   autres,   de   Chateaubriand,   un   diplomate   insolite    (1993),   et   le    congrès   de   Vienne,   l’Europe contre la France  (2003). Une   série   de   conflits   militaires   ont   certes   frappé   l’Europe   entre   la   défaite   napoléonienne   et   la   Première Guerre   mondiale,   mais   on   ne   pense   presque   jamais   à   tous   ceux   qui   ont   été   évités.   Si   ce   qu’on   a   appelé le   «   concert   européen   »,   mis   en   place   par   le   Congrès   de   Vienne   et   le   Traité   de   Paris   de   novembre 1815,   fut   au   début   dirigé   contre   la   France   et   contre   les   mouvements   libéraux,   il   s’est   mué   au   cours   des décennies   en   un   système   de   conférences   diplomatiques   permettant   d’apaiser   les   tensions      avant qu’elles   ne   dégénèrent.   L’Europe   a   pu   ainsi   jusqu’en   1914   se   transformer   profondément   dans   une   paix relative, sans catastrophe majeure. C’est   à   cette   histoire   trop   oubliée   que   Jacques-Alain   de   Sédouy   nous   a   initiés   lors   de   sa   conférence intitulée   «   Le   Concert   européen.   Aux   origines   de   l’Europe   1814   –   1914   »,   ce   qui   est   également   le   titre de son livre, qui était vendu ce soir-là dans la salle et aimablement dédicacé par l’auteur. 07.10.2015   :   L’Empire   napoléonien,   une   expérience   européenne   ?,   par   l’historien   belge   François Antoine,   diplômé de   l’ULB,   chef   de   travaux   aux Archives   générales   du   Royaume   à   Bruxelles   et   spécialisé   dans   les   mutations   socio-économiques et institutionnelles de la période 1750-1850 . En   octobre   2011   s’est   tenu   à   Lille   puis   à   Bruxelles   un   symposium   international   qui   a   rassemblé   une   pleiade   d’historiens   de   la période   napoléonienne   et   donné   lieu   à   une   trentaine   de   présentations   couvrant   un   vaste   champ   d’études   pour   répondre   à   la question de savoir si l’Empire napoléonien a été une première expérience de construction européenne. La    question,    on    le    sait,    est    en    partie    née    du    Mémorial    de    sainte-Hélène,    dans    lequel    Napoléon    se    présente    soucieux d’harmonisation   administrative   et   juridique,   attaché   à   la   construction   d’une   “association   européenne”,   d’une   “patrie   commune”. Même   si   l’affirmation   relève   du   mythe,   elle   n’en   désigne   pas   moins   la   problématique   des   rapprochements   éventuels,   voulus   ou implicites - et de leurs limites -, au sein de l’Empire et de l’Europe. Durant cette conférence, François Antoine a évoqué les principaux enseignements qu’il voyait se dégager de ce symposium. 03.10.2015   :   L’expédition   de   Walcheren   :   conférence   et   visite   des   lieux   historiques ,   par   Monsieur    Tobias   van   Gent, historien   hollandais,   diplômé   de   l’université   de   Leiden,   professeur   d’histoire   et   de   sciences   politiques   à   l’université   Roosevelt   à Middelburg,   lui-même   homme   politique,   spécialiste   de   l’histoire   militaire   dans   la   période   moderne   et   auteur   de   nombreuses publications, dont, en 2001, “De Engelse invasie van Walcheren in 1809”, sujet de la conférence et des visites du jour. L'expédition   de   Walcheren    (30   juillet   -   10   décembre    1809)   est   une   opération   militaire   britannique   menée   avec   40   000   soldats, 6.000   chevaux   et   avec   de   l'artillerie.   Son   but   est   de   prendre   Anvers   et   par   là   amener   les   Autrichiens   à   rompre   l’armistice   qu’ils viennent   de   conclure   avec   les   Français   suite   à   leur   victoire   dans   les   plaines   de   Wagram.   Elle   se   traduira   par   la   prise   de Flessingue   par   les Anglais.   Mais   les   Français   se   ressaisissent   et   rassemblent   une   petite   armée,   sous   la   direction   de   Bernadotte, qui   va   empêcher   toute   progression   des Anglais   vers Anvers.   De   plus,   le   climat   malsain   qui   règne   sur   l’île   de   Walcheren   entraîne des   épidémies   qui,   peu   à   peu,   vont   décimer   les   troupes   britanniques.   A   l'annonce   de   la   paix   entre   l'Autriche   et   la   France, l'évacuation   de   l'île   de   Walcheren   est   décidée.   Les   Anglais évacuent   Flessingue,   après   avoir   incendié   le   vaste   arsenal militaire   construit   par   les   Français.   Cette   expédition   aura coûté   à   la   Grande-Bretagne   plus   de   4   000   hommes,   morts en   grande   majorité   à   cause   de   la   malaria,   et   3   millions   de livres sterling. La    conférence    proprement    dite    s’est    déroulée    dans    les locaux   prestigieux   de   la   “Sociëteit   de   Vergenoeging”,   au centre   de   Middelburg,   et   y   a   été   suivie   d’un   lunch,   l’après- midi   étant   consacré   à   la   visite   des   lieux   où   s’était   déroulée cette   campagne,   du   débarquement   anglais   sur   la   plage   de Breezand,   en   passant   par   la   petite   ville   de   Veere,   assiégée et   rapidement   prise   en   juillet   1809,   puis   par   Vlissingen,   ville côtière   également   assiégée,   en   bordure   de   laquelle   le   fort de    Rammekens,    maintenu    en    état,    a    fait    l’objet    de    la dernière visite. Une   journée   très   intéressante   et   animée   par   un   historien particulièrement   dynamique   et   enthousiaste   de   partager   sa passion. 26.05.2015 : Napoléon et la dernière campagne : les Cent-Jours 1815, par Monsieur Jacques-Olivier Boudon,               Professeur d’histoire contemporaine à l’Université de Paris-Sorbonne (Paris IV), Histoire de la Révolution et de  l’Empire. Président de l’Institut Napoléon. Dans   sa   conférence,   basée   sur   le   titre   éponyme   de   son   dernier   ouvrage,   troisième   et dernier   opus   relatif   à   l’épopée   napoléonienne,   Jacques-Olivier   Boudon   nous   fait   vivre   la campagne   des   100   jours   et   son   inévitable   aboutissement.   L’annonce   du   débarquement   de Napoléon   à   Golfe-Juan   le   1er   mars   1815   retentit   comme   un   coup de   tonnerre   dans   une   Europe   pétrifiée    par   l’audace   de   l’homme   qui a   dominé   le   monde   pendant   quinze   ans.   Acclamé   à   son   retour, Napoléon    retrouve    en    vingt    jours    ses    habits    d’empereur    et s’engage   dans   une   série   de   réformes   libérales   qui   marqueront   d’un sceau    nouveau    l’Empire    des    Cent-Jours.    Mais    il    est    très    vite confronté   à   l’opposition   irréductible   des   puissances   européennes hostiles   à   ce   retour.   Dès   lors   la   guerre   est   inévitable.   Napoléon repart   en   campagne,   mais   il   ne   parvient   pas   à   souder   autour   de   sa   personne   une   nation   lasse   de   la guerre.   Ce   sera   sa   dernière   campagne,   une   campagne   courte   ponctuée   par   la   bataille   de   Waterloo, toujours   controversée.   À   partir   d’archives   et   de   mémoires   du   temps,   l’orateur   met   en   scène   cette dernière campagne de Napoléon, à la fois héroïque et tragique. A   l’ssue   de   la   conférence,   organisée   conjointement   avec   l’échevinat   de   la   culture   de   la   commune   de Waterloo,   les   participants   avaient   l’opportunité   de   se   procurer   sur   place   le   livre,   “Napoléon   et   la dernière campagne : les Cent-Jours” , et de le faire dédicacer par l’auteur. 21.04.2015   :   Le   tsar   Alexandre   Ier   à   Paris   en   1814   et   1815,   par   Madame   Marie-Pierre   Rey,   que   nous   avons   eu   le plaisir   d’accueillir   à   deux   reprises   à   Waterloo   pour   nous   parler   tout   d’abord   du   tsar Alexandre   Ier   puis   de   la   campagne   de   Russie en   1812.   Professeur   d’histoire   russe   et   soviétique,   elle   dirige   également   le   Centre   de   Recherches   en   Histoire   des   Slaves   de l’institut   Pierre   Renouvin   de   l'Université   Paris   1   Panthéon-Sorbonne.   En   outre,   elle   a   accédé   à   de   nombreuses   responsabilités   à caractère universitaire et a déjà publié de nombreux livres sur la Russie et en particulier sur Alexandre Ier. Durant   cette   soirée   Marie-Pierre   Rey   a   évoqué   pour   nous   des   événements   relativement   peu   co nnus   à savoir les séjours du tsar Alexandre Ier à Paris en 1814 et 815. Cette    brève    période,    méconnue,    est    pourtant    cruciale    dans    l’histoire    européenne.    D'abord, politiquement,   le   pouvoir   change   de   mains   :   Napoléon   abdique   à   Fontainebleau   en   1814   et   part   pour l'île   d'Elbe,   cependant   que   Louis   XVIII,   revenu   d'Angleterre,   accède   au trône.    Sur    le    plan    géographique,    ensuite    :    le    traité    de    Paris    fixe    les
nouvelles   frontières   de   la   France,   prélude   au   congrès   de   Vienne   qui,   quelques   mois   plus   tard,   redessinera   la   carte   de   l'Europe. Culturellement   enfin,   les   Cosaques,   qu'on   croise   en   bonnets   de   fourrure   dans   les   allées   des   Tuileries,   laisseront   des   traces   durables dans   les   mémoires,   à   commencer   par   le   mot   même   de   "bistrot".   En   s'appuyant   sur   de   très   nombreuses   sources,   tant   françaises   que russes,   Marie-Pierre   Rey   a   fait   toute   la   lumière   sur   cet   épisode,   et   notamment   sur   le   rôle   clé   d'Alexandre   Ier,   défenseur   du   libéralisme, dans   l'infléchissement   des   Bourbons   vers   le   respect   des   libertés   individuelles   et   l'octroi   de   la   charte   constitutionnelle   qui   restera   en vigueur   jusqu'en   1830.   Sans   les   Russes,   la   face   de   la   Restauration   eût   été   bien   différente.   Marie-Pierre   Rey   conclut   sa   conférence   en évoquant   le   deuxième   séjour   d’Alexandre   Ier   à   Paris   de   juillet   à   septembre   1815   qui   verra   la   Russie   et   l’Angleterre   s’entendre   sur   les compensations   financières   et   territoriales   qui   seront   imposées   à   la   France,   suite   à   la   défaite   de   Waterloo,   de   même   que   sur   le nouveau gouvernement français qui sera, dès lors, conduit par le Duc de Richelieu.